Kinotron: Sherlock Holmes

Publié le par nikko13

Sherlock Holmes

A une époque ou le remake est roi et la séquelle incontournable, on pouvait se demander quand Hollywood allait mettre les pattes sur le détective sorti de l'imagination d'Arthur Conan Doyle. Pour une fois, l'idée était justifiée. Qui se souvient d'une adaptation mémorable de Sherlock Holmes ? Au mieux, le nom de Basil Rathbone ne vous est pas inconnu et au pire quelques trentenaires conservent un souvenir ému du Secret de la pyramide réalisé par Barry Levinson en 1985, avec un Sherlock tout jeune adolescent ! Tant qu'à partir sur une relecture moderne, autant que s'y colle un cinéaste sachant faire preuve d'énergie. Bonne pioche avec Guy Ritchie, qui abandonne les malfrats et son ex Madonna pour nous faire voyager dans le Londres de la fin du XIXème siècle et nous faire passer la porte du 221B Baker Street pour une enquête fort bien troussée. Déductions, mystique, séduction et action sont  au programme !

Robert Downey Jr. et Jude Law. Warner Bros. FranceAprès avoir mis hors d'état de nuire le sinistre Lord Blackwood, Sherlock Holmes et son complice le Docteur Watson pensent mettre un point final à un de leurs plus beaux cas. Pourtant, Blackwood revient mystérieusement d'entre le morts, causant de nouveaux crimes machiavéliques. Holmes reprend l'enquête et traque le moindre indice, tandis que Watson essaye de composer avec sa ravissante fiancée... Le "dynamic duo" est parfaitement composé de Robert Downey Jr (décidément au meilleur de sa forme, plein d'ironie, de folie douce et pas ridicule dans les séquences mouvementées) et Jude Law (à la fois classe et malicieux). L'alchimie fonctionne parfaitement et face à eux, Mark Strong incarne un excellent méchant mégalomane. Les amoureux des nouvelles originales devront y aller avec un esprit de tolérance. Les tics de réalisation de Ritchie n'ont pas été gommés, et il faut accepter ralentis, accélérés et montage brusqué. De son côté, le scénario sort Holmes de son fauteuil pour le jeter tantôt dans une arène de combat, tantôt au milieu de puissantes déflagrations. Mais comment bouder son plaisir devant une version maquillée et costumée de L'Arme Fatale, le mystère d'une époque pas comme les autres en plus ! S'il fallait citer un défaut, il irait dans le traitement des personnages féminins. Qu'il s'agisse de Rachel McAdams, pseudo alter ego de Holmes ou Kelly Reilly transparente en future Madame Watson, on ne peut pas dire que ces beautés servent l'histoire. Sorti de ça, Sherlock Holmes est plutôt beau, énergique et gavé de rebondissements cinégéniques ! Vivement la suite !



Publié dans Kinotron

Commenter cet article

Affordable Dissertation 15/06/2010 10:07

Affordable DissertationAwesome tips. I’ll be passing this post on for sure

ffred 26/02/2010 20:57

Pour ma part j'ai trouvé cela assez creux et ennuyeux. Bien calibré pour les USA, pas le meilleur Guy Ritchie

dasola 24/02/2010 13:31

Bonjour, en ce qui me concerne, j'ai passé un agréable moment en voyant ce film qui n'autre prétention que de divertir. Les acteurs sont bien et les effets spéciaux assez réussis sans qu'il y ait de la surenchère. Et on apprend qu'en plus de Moriarty, il y a Blackwood. Le méchant géant qui parle un français pas très compréhensible est assez inénarrable. Bonne journée.

L'acariâtre 28/01/2010 06:20

C'est quand même une adaptation qui tient plus du clin d'oeil que de la sincérité. Autrement dit ça s'adresse vraisemblablement plus aux fans de Guy Ritchie qu'à ceux de Sherlock Holmes.

Alors à quoi bon s'en récrier ? Le film aurait presque pu sortir avec son propre nom... A moins que l'humour de décalage avec l'oeuvre littéraire soit un des ingrédients fondamentaux du film ?