Kinotron: Wolfman

Publié le par nikko13

Wolfman (The Wolfman)

Sorti du cercle cinéphage, peu de gens connaissent Joe Johnston. Au-delà d’avoir réalisé les blockbusters familiaux type Chérie j’ai rétréci les gosses et Jumanji, on lui doit l’épisode de loin le plus marrant de la franchise Jurassic Park (le troisième), d’avoir révélé Jake Gyllenhaal (Ciel d’octobre) et surtout d’avoir emballé en 1991 l’une des meilleures adaptations de comic-book avec le génial Rocketeer. Le savoir aux manettes de Wolfman était pour moi gage du respect d’un certain état d’esprit « bis » (digne du film original de 1941). S’agissant d’efficacité, Wolfman ne tarde pas à nous plonger au cœur de l’intrigue. Un sombre manoir, une forêt hantée par une créature sanguinaire… tout le décorum gothique est bien au rendez-vous. Ajoutez à cela le charisme d’Anthony Hopkins et la mine torturée de Benicio del Toro, le spectacle peut commencer ! Avec une générosité plutôt rare pour un film de studio, on découvre de nombreux effets gore (corps démembrés, décapités…).  Clairement, ce loup-garou (superbement rendu, avec l’appui des maquillages de Rick Baker) n’est pas là pour faire dans le détail. Lorsque débarque l’inspecteur Abberline (Hugo Weaving), le film prend un tour très « western » avec auberge tenant lieu de saloon et expéditions punitives à dos de cheval. Bref, l’histoire se laisse suivre avec délectation, même si l’histoire d’amour entre les personnages de Gwen et Lawrence semble avoir fait les frais de pas mal de coupes. Espérons que la future édition dvd offrira un director’s cut digne de ce nom.

Hugo Weaving. Paramount Pictures France Paramount Pictures France



Publié dans Kinotron

Commenter cet article