Kinotron: Solomon Kane

Publié le par nikko13

Solomon Kane

Personnage imaginé par l’écrivain Robert E. Howard (également créateur de Conan), Solomon Kane a attendu 80 ans avant de prendre vie au cinéma. Etonnant car son univers est particulièrement riche. XVIIème siècle. Kane est un soldat violent et sans pitié qui se retrouve confronté à un émissaire de Satan venu chercher son âme. Echappant de justesse à son infernal destin, il se réfugie un temps dans une communauté religieuse. Finalement rejeté, il repart sur les routes et fait connaissance d’une petite famille fuyant la misère et la violence du pays. Kane pense avoir trouvé le répit… mais une armée maudite commandée par le sorcier Malachi va brutalement s’interposer. Une fois n’est pas coutume, le choix de laisser la réalisation au jeune Michael J Bassett (La Tranchée, Wilderness) ne vient pas ruiner nos espoirs. Solomon Kane n’est pas un Beowulf débile ni un Donjon & Dragon niais. L’esprit « Dark Fantasy » est imprimé dès le prologue, très incisif et violent. La suite parvient à tenir débout. Malgré un budget visiblement limité, le spectateur en a pour son argent avec de nombreux décors, de fréquents combats à l’épée, des créatures démoniaques et j’en passe. Visuellement ça se tient (la pluie omniprésente sur le dernier tiers contribue à donner une ambiance barbare) tandis que du point de vue scénario, Bassett à tendance à vouloir trop en faire. Repentance, sorcellerie, créatures des ombres, traumatisme d’enfance… les pistes narratives sont si nombreuses qu’elles sont à peine ébauchées ou alors résolues avec une naïveté proche du comique involontaire. Pas de quoi mettre l’édifice par terre pour autant. Un dernier mot sur l’interprétation : James Purefoy assure dans le rôle titre même s’il peine à exhaler ses noirs instincts (voila ce que c’est que d’avoir un faux air de Thomas Jane mâtiné de Hugh Jackman). Bon petit film, très distrayant !



Publié dans Kinotron

Commenter cet article

admission essays 12/02/2011 21:29

Well, i can't say it impressed me a lot, but it's a movie to watch only once...

emule 31/12/2009 13:14

citoyen kane c`est mieux

L'acariâtre 30/12/2009 22:21

En matière d'interprétation, ils ne l'ont quand même pas gâté : James Purefoy passe le film à grimacer la lèvre de travers !

La fin surtout est trop survolée, ce dernier monstre m'a particulièrement laissé de marbre et ne colle pas visuellement... dommage !

Sinon, c'est prévu dès le départ comme une triologie dixit MJBasset, il doit avoir de la matière pour 9 films !