Kinotron: I love you, Beth Cooper

Publié le par nikko13

I love you, Beth Cooper

Le pitch : Denis Cooverman a toujours été un étudiant modèle. C'est une grosse tête qui a les meilleures notes du lycée mais qui n'a jamais connu les joies d'une cuite, ni d'une bagarre, encore moins d'une copine. Lorsque vient l'heure de la remise des diplômes, il prend son courage à deux mains et déclare devant l'assemblée son amour pour la jolie Beth Cooper. Son prétendant, un militaire dur à cuire, n'étend pas laisser l'affront impuni.

Lauren London, Hayden Panettiere et Lauren Storm. Twentieth Century Fox FranceMon avis : Après des années fournies en teen movies de tous poils (scatos, obsédés, intellos, parodiques, horrifiques et j'en passe), il est pénible de constater que le genre sonde de plus en plus fréquemment les abysses de la médiocrité. Dans la lignée des récents et nullissimes Miss March, Fired Up et College, ce I love you, Beth Cooper traine son absence totale d'originalité et sa paresse 1h40 durant. Un supplice. Seule la scène d'introduction pouvait laisser espérer un traitement un brin clivant. Hélas, ces cinq minutes passées, les clichés éculés s'abattent sans espoir d'éclaircies : gros bras débiles, circonvolutions autour d'un paquet de préservatifs et trio de pom-pom pouffes en goguette sont au menu ! Plus ennuyeux encore, notre héros a l'allure d'un has-been cinquantenaire et sa bluette avec la très lisse Hayden Panettiere (remarquée dans Heroes) n'est pas crédible - et encore moins émouvante - une nano seconde. A vrai dire, ce navet empreinte le même canevas que le "réputé" SuperGrave en y jetant un voile de pudibonderie des plus agaçants. Guère étonnant de la part de Chris Columbus, qui a précédemment sévi sur les deux premiers Harry Potter et l'atroce Homme bicentenaire. Relativement éloigné de sa prime jeunesse, son nouvel effort est sans relief, sans idées, dénué de charme en plus d'être plombé par d'interminables dialogues. Bonjour ringardise.



Publié dans Kinotron

Commenter cet article

ept 03/10/2010 04:53

une comédie gentille