Kinotron: Le livre d'Eli

Publié le par nikko13

Le Livre d’Eli (The Book of Eli)

Plutôt discrets depuis le très correct (mais mal aimé) From Hell, les frères Hughes nous reviennent avec un western post-apocalyptique loin d’être désagréable.  L’idée est de suivre Eli (Denzel Washington, qui se bonifie avec l'âge) dans son périple vers l’ouest,  traversant un pays dévasté et truffé de dangers. Faisant halte dans un semblant de ville dirigée par le caractériel Carnegie (Gary Oldman, fièvreux comme il faut), Eli s’attire pas mal d’ennuis. Il faut dire qu’il cache dans son sac à dos un ouvrage susceptible de changer la face d’un monde ayant perdu tout son sens… Près d’une heure durant, Le Livre d’Eli remplit son brillamment son office. Photo délavée, décors impressionnants et ambiance délétère d’un côté, bastons « hard-boiled », acteurs investis et astucieuses références (au western notamment) de l’autre. Quelque part, on a l’impression de voir une version parallèle du récent La Route, délestée du gamin et enrichie d’un peu d’humour et d’action (n'excluant pas quelques temps morts parasites).

Hélas, le film se saborde durablement pour diverses raisons. On pourrait pointer du doigt l’absurdité d’un Eli qui traverse depuis 30 ans les Etats-Unis d’est en ouest… sans jamais avoir atteint les rivages de la Californie. Même topo lorsque Eli et Solara parviennent à distancer – à pieds – des poursuivants motorisés.  Bon admettons, c’est du cinéma, faut accepter. Mais que dites vous de la mignonne Mila Kunis transformée en un ridicule ersatz de Lara Croft dans les toutes dernières minutes ? Et encore, cela n’est rien à côté de l’acte final mystico-crétin avec Denzel tout de blanc vétu sur une île d’Alcatraz devenue nouveau berceau de l’humanité… avec en prime un Malcolm McDowell au look ravageur (dans le mauvais sens du terme) ! En un clin d’œil, Le Livre d’Eli devient au christianisme ce que le très touché Battlefield Earth véhiculait sur la scientologie. Pas malin. Mon conseil sera donc de stopper le visionnage après le très efficace et pétaradant siège de la maison isolée. La suite n’est que déception.

Denzel Washington. Metropolitan FilmExport Mila Kunis. Metropolitan FilmExport



Publié dans Kinotron

Commenter cet article