Kinotron: The Expendables : unité spéciale

Publié le par nikko13

The Expendables : unité d'élite

Découvrir LA grosse affiche de cet été 2010 à l'occasion de son avant-première parisienne (avec un coucou de Sly, Dolph et Jason s'il vous plait) m'a vraiment fait plaisir. Je ne connaissais pas encore le Grand Rex, mais il faut avouer que cette salle vaut le détour. Mais venons en au fait : The Expendables, ça vaut quoi ? Honnètement, les premières minutes meublées par une prise d'otages sur un cargo m'ont plutôt refroidi, la faute à une exposition foireuse et un rendu visuel particulièrement bas de gamme. Une sensation typique des productions Millenium / Nu Image, qui je le rappelle a longtemps fait son beurre avec d'innombrables séries Z (Megasnake, Morphman...) avant d'aligner des films aux affiches plus prestigieuses sans pour autant bénéficier de scénarios de choix (La Loi et l'Ordre, 16 blocs).

Toutefois, les choses s'arrangent progressivement avec le renfort d'une certaine fibre nostalgique. Si Randy Couture et Steve Austin laissent de marbre et Jet Li apparaît comme en retrait, on est relativement heureux de constater que le duo Stallone / Statham fonctionne plutôt bien, que l'ami Dolph Lundgren a encore de beaux restes et que décidément Eric Roberts incarne très bien le salaud fini. Côté scénario, il faut être lucide, c'est vraiment le service minimum : un dictateur d'opérette tient d'une main de fer la population d'une petite île non sans se livrer à un joyeux narco trafic et notre "unité d'élite" a pour objectif de faire le ménage par le vide. Le fameux Commando de Schwarzennegger (1987) n'est vraiment pas loin ! Dans ces conditions, on ne s'étonne presque pas de voir Jason Statham mettre une raclée - pour un motif plus que risible - à quelques pauvres figurants sur un terrain de basket. In série B we trust ! Les dialogues sont en revanche plus décevants. La plupart des punchlines tombent à plat et seules deux scènes donnent un peu d'ampleur à The Expendables, avec l'émouvante déclaration d'un Mickey Rourke rangé des combats et la fameuse rencontre entre Stallone, Willis et Scharwzy. En même temps, pas facile d'en placer une lorsque le coeur du projet tourne autour de bastons homériques et de maousses explosions. A ce petit jeu, Sly fait effectivement très fort avec une attaque aérienne de toute beauté mais surtout un tiers final complètement jeté, garni de coups de bazooka, de têtes tranchées et de corps martyrisés. En comparaison, les excès gore de John Rambo étaient une simple mise en bouche !

The Expendables n'est donc pas la grande kermesse ultime des stars de l'action d'hier et aujourd'hui que l'on pouvait attendre (scénario trop crétin, déficit en dialogues acidulés) mais c'est un agréable divertissement empreint de nostalgie pour qui a consommé son lot de productions musclées ces trente dernières années. Et puis il est difficile de ne pas trouver sympathique le père Stallone, revenu de nulle part après une sacrée traversée du désert.

Sylvester Stallone. Metropolitan FilmExport Dolph Lundgren. Metropolitan FilmExport



Commenter cet article

dissertation topics help 28/04/2011 12:20

dissertation topics helpIt is only doable to obtain rapid and clear-cut information at blogs formed by hard-working guys.

order essay 31/03/2011 19:48

i really liked the film,and would like to know more about the director of it, but wkipedia hasn;t had enough information about it

essays help 27/03/2011 23:18

Thanks for the information about this film! I like it a lot

term papers 20/02/2011 20:52

Bang!A lot of famous muscle guys with guns. Haha - very cool. Still it worth to get aquaited with.

Free Essay Topics 18/01/2011 09:07

Thank you for sharing this information. The information was very helpful and saved a lot of my time.