Kinotron: Away we go

Publié le par nikko13

Away we go

Le pitch : Lorsque Burt et Verona apprennent qu'ils vont devenir parents, c'est la panique. Ils détestent la ville de province où ils habitent, et maintenant que les parents de Burt déménagent, plus rien ne les y retient. Ils décident alors de partir à la recherche de l'endroit parfait où fonder leur famille. Sur leur chemin, ils rendent visite à leur famille et à de vieux amis. Certains leur paraissent fous à lier, d'autres leur donnent envie de suivre leur modèle... Mais finalement, tous vont aider à leur manière Burt et Verona à réaliser qu'ils n'ont peut être besoin que l'un de l'autre pour fonder leur foyer.

Maya Rudolph. Mars DistributionMon avis : Je n'ai jamais été fan des réalisations de Sam Mendes. Saisi d'un ennui poli devant American Beauty et Les sentiers de la perdition, j'ai paisiblement squizzé Jarhead et Les noces rebelles. Maintenant, si Allociné me propose de voir - dans le cadre du Club 300 - sa dernière pelloche, produite dans des conditions "Sundanciennnes" (road movie, budget léger, BO garnie de ballades atmosphériques...). L'affiche scandant "Une pure merveille" me semble tantinet exagéré, mais j'ai bien aimé. Il est difficile de ne pas se prendre d'amitié pour le binoclard malicieux incarné John Krasinski (The Office) et l'impavide mais vibrante Maya Rudolf. Ensuite, leur odyssée s'avère assez drôle. Les personnages de parents largués se succèdent, qu'il s'agisse d'un Jeff Daniels égoïste, d'une Allisson Janey exhubérante et dépressive ou d'une Maggie Gylenhaal illuminée. On se marre de bon coeur, mais au fil des "sketches", on tique en réalisant que ne rît pas avec eux, mais à leurs dépends. Les regards entendus de Burt et Verona figurent ceux des spectateurs. Certes, ils sont insécures (le mal du siècle) mais se montrent conservateurs et finalement peu tolérants. De plus, Away we go a la mauvaise idée de finir sur des portraits plus sombres, avec un couple victime de fausses couches répétées et un proche quitté par sa femme. Mécaniquement, tout devient plus sentencieux. Les silences deviennent lourds de sens et notre petit couple en arrive à une conclusion que l'on aurait pu leur souffler dès le départ. Bref, voici un film "bobo" garni de bons moments mais un brin suffisant. 



Publié dans Kinotron

Commenter cet article

Tonnents 15/02/2010 18:49

J\\\'en

emule 06/11/2009 23:54

je trop envie la voir, merci de le recomender

nikko13 27/10/2009 10:35

Merci pour ta réaction, vibrant Acariâtre. J'aime le cinéma mature à l'occasion. Mais celui de Mendes est un peu trop clinique à mon goût !

L'acariâtre | Away We Go / Sam Mendes 26/10/2009 23:22

d'accord avec tout sauf le tout début quand tu ose dire que Sam Mendes est ennuyeux ou pire, évitable !

Personnellement, American Beauty, Les sentiers de la perdition et Les noces rebelles, j'adore et je suis profondément touché. Mais c'est un cinéma de la maturité (du spectateur). Je pense que tu finira par y succomber en ton temps.. ;)