Kinotron: 2012

Publié le par nikko13

2012

Lorsque Le jour d’après est sorti en 2004, Roland Emmerich a probablement pensé qu’il avait gagné au tirage comme au grattage. En plus de cartonner au box office, son film catastrophe climatique a été caressé dans le sens du poil par l’opinion publique et la critique pour son message écologiste. A l’époque, notre ami réalisateur s’amusait à déclencher un tsunami sur New-York avant de congeler les survivants. Ragaillardi par ce carton, il choisit de nous ramener 10 000 ans avant Jésus-Christ avec un résultat désastreux pour qui n’est pas fasciné par des mammouths en images de synthèse. Le retournement de tendance fut vif avec un flop unilatéral. Tout penaud, Roland s’est remis à lire des journaux pour constater que l’environnement avait toujours le vent en poupe. Ajoutez à ça le possible visionnage d’un documentaire sur les mayas et leur calendrier annonçant la fin du monde pour 2012… et voici que déboule le film éponyme. Et cette fois, l’humanité toute entière va déguster sévère. Il n’est plus question de survivre à une vaguelette de quelques centaines de mètres de haut mais d’éviter successivement un maousse tremblement de terre, la disparition corps et biens de la Californie, une éruption volcanique d’ampleur continentale et la submersion totale des terres. A ce stade, être un bonze perché dans les hauteurs himalayennes n’est plus d’aucune utilité. Sur un écran géant, le spectacle a du panache. Les effets spéciaux sont bluffants et les séquences d’action (essentiellement de l’ordre de la fuite en avant) en donnent pour son argent. Toutefois, cette débauche n’excuse pas un scénario niais garni de personnages écrits au pistolet à peinture. Sans rentrer dans le détail, on appréciera moyennement le sort réservé à quelques faire valoir (être un sympathique beau-père ou une bimbo blonde courageuse n’est pas payé en retour), la bêtise de la solution trouvée pour que l’humanité survive (des arches dont les places ont été offertes à de généreux partenaires privés) et l’égoïsme de notre petite troupe de « héros » (qui n’hésite pas à taxer un Iliouchine pour eux seuls tandis que toute la population de Las Vegas termine en barbecue). Mais que l’on se rassure, les clichés éculés sont de mise en 2012. Le petit chien survivra, l’illuminé de service aura vu juste et le couple désuni finira bras dessus bras dessous devant un bien beau panorama. 2012 : crétin à souhait, mais amusant tour de manège !



Publié dans Kinotron

Commenter cet article

listen to music 14/06/2011 14:51

nice siteGreat article!) Thank you!

high availability clustering 20/04/2011 14:00

Sekoita ja kaada voideltuun, korppujauhotettuun leipävuokaan

schools for ultrasound technician 23/02/2011 17:20

auraientdésuni finira bras dessus bras dessous devant un bien beau panorama. 2012 : crétin à souhait, mais amusant tour de manège !

Web Design 19/02/2011 08:23

hiIl n’est plus question de survivre à une vaguelette de quelques centaines de mètres de haut mais d’éviter successivement un maousse tremblement de terre, la disparition corps et biens de la Californie,

casino 17/02/2011 17:07

RElire des journaux pour constater que l’environnement avait toujours le vent en poupe. Ajoutez à ça le possible visionnage d’un documentaire sur les mayas et leur calendrier annonçant la fin du monde pour 2012…